RENCONTRER DIEU ?
    Laisse-toi aimer et sauver par Dieu...
    Let God loveU and saveU
    Qui est le Christ pour toi?
    Mène une vie nouvelle!
   
   PRENDS LES MOYENS !
    Parole de Dieu - Bible
    Parole - Les bases
    Parole - Lectio Divina
    TOP 100 - versets
    Paroles de Bénédiction
    Prière
    Prière d'Adoration
    Prière - Oraison
    Prière du coeur
    Prière vs distractions
    Prière: dévotions?
    Pardon de Dieu
    Eucharistie, ouak?
    Eucharistie, ouak? 2
    Eucharistie fréquente
    Accompagnement
   
  JMJ - Pape
    Paroles du pape aux Jeunes
    JMJ
    Hymne JMJ Rio
   
  ACTU
    JP II: saint?
    VIDEO: THE témoignage
    "STARS" chrétiennes
    Martyrs d'aujourd'hui
    Horoscope chrétien...
 
  FIANCAILLES - COUPLE - AMOUR VRAI
    Adultère - Divorce - Fidélité
    Chasteté du couple
    Couple - Mariage
    Couple - Dialogue
    Crises du couple
    Fiançailles, ou pipeau?
    Fiançailles
    Fiançailles - comment
    Fiançailles à 3?
    Prière - renouvellement
    Sexualité
    Sexualité 2
    Sexualité: contraception?
      
  LIENS
 
  QUI SOMMES-NOUS ?
contact@jesus1.fr
Suivre la vie du site RSS 2.0


Saints orthodoxes


Fiançailles - pratique

Comment se préparer sérieusement au mariage ?
Il n’y a aucune obligation formelle à se fiancer sinon celle d’aider son propre couple à mettre toutes les chances de son côté en exprimant à tous que vous vous aimez et voulez prendre tous les moyens de vous préparer et de bien discerner en vue d’un possible mariage. Même si vous n’avez pas envie de transformer ce moment en énorme solennité, les fiançailles sont l’occasion de faire se rencontrer les deux familles, et surtout un temps symboliquement marqué pour progresser et se découvrir avant de vous engager dans le mariage.

Quand se fiancer, et pour quelle durée ?
Habituellement, on annonce ses fiançailles entre 6 mois et un an avant le mariage : il s’agit surtout de prendre le temps suffisant pour y voir clair. Ce temps doit donc être ni trop court, ni trop long :
- demander à deux jeunes qui s’aiment de vivre la continence pendant des années est très difficile.
- hésiter trop longtemps est peut-être la preuve que le conjoint choisi n’est pas le bon... Les fiançailles sont avant tout un temps de libre de discernement l’un par rapport à l’autre, et c’est en particulier pour permettre cette liberté que l’Eglise demande de ne pas vivre ensemble, même si évidemment c’est un effort à faire (mais si l’on veut vraiment s’Aimer pour toujours, est-ce que cela n’en vaut pas la peine ?). C’est pour cela et pour qu’elles gardent tout leur sens que les fiançailles ne doivent pas s’éterniser.

Où se fiancer ?
Les fiançailles sont un événement familial et amical, se déroulant en général chez les parents d’un des deux. A vous de choisir le style de la journée ou de la soirée : plus amicale ou plus sociale. Elle sera une bonne répétition pour définir le style de mariage que vous désirez. Poussées plus loin, les fiançailles font l’objet d’une publication dans la presse et de l’envoi d’un faire-part aux amis. Il ne faut pas oublier de prendre note de toutes les personnes prévenues pour l’occasion afin de penser à les inviter lors du mariage.

Quel cadeau faire ?
Ce cadeau a surtout une grande valeur symbolique. Il s’agit donc d’un objet plutôt intemporel, venant éventuellement du patrimoine familial. Certaines attendent de voir leur chevalier servant se jeter à leur genou pour leur offrir la merveilleuse bague qu’elles montreront ensuite non sans fierté à leurs copines. Le futur marié devrait chercher ce qui correspondra au mieux au caractère de sa fiancée (c’est pourquoi il n’est pas forcément inutile, lors d’une journée de shopping, de vous arrêter devant certaines vitrines). La fiancée aussi fera un cadeau à son futur époux : montre,… Dans une attitude plus évangélique et prophétique, certains fiancés choisissent un Amour plus absolu et ouvert, décidant d’offrir la plus grande partie de leur cadeau à une œuvre de charité (la sainteté est pour tous et pas seulement pour les moines, qui donnent la totalité de leur patrimoine).

En famille…
Les fiançailles permettent en fait de faire se présenter les deux familles mais aussi certains des amis. Les parents respectifs prennent contact afin de pouvoir en temps opportun parler du mariage et de la manière dont ils pensent l’organiser.
Mais le temps des fiançailles est surtout un temps particulier pour grandir dans la connaissance de l’autre dans le regard d’Amour de Dieu.

Un temps de célibat pour mieux aimer
Le mariage est considéré comme un don mutuel des conjoints : « Je me donne à toi pour t’aimer fidèlement, tout au long de notre vie, et je te reçois comme époux. » Pour le meilleur, pour le pire, pour toujours. Aujourd’hui, si on se marie « pour toujours », la vie commune peut durer 60 ans. C’est formidable si on s’aime, ça peut être catastrophique si on s’est trompé de conjoint...
Vivre ensemble pendant les fiançailles, c’est au fond se tromper soi-même : « je te dis que je me donne alors qu’en fait, au fond de moi, ma décision de me donner à toi définitivement n’est pas encore prise. »
Pourquoi l’Eglise invite-t-elle à ne pas avoir de relations sexuelles avant le sacrement du mariage ? Beaucoup pensent que c’est parce qu’elle a peur de la sexualité, ou la rejette. Il s’agit là d’un jugement faux par ignorance et superficialité. La sexualité est tellement belle, justement, qu’elle risque de prendre beaucoup de place au niveau affectif et physique, et diminuer sérieusement la capacité de discernement indispensable à cette période. C’est tellement fort de se retrouver dans les bras de son amoureux, surtout si le plaisir est partagé, qu’on en oublie tout le reste : on se marie, et on se réveille un matin en se disant qu’on s’est trompé de conjoint.
Donc, pour les fiancés, le fait de choisir de ne pas vivre ensemble est une décision, un choix, un acte libre que je prends, que nous prenons, pour vivre dans la vérité l’étape où nous sommes. C’est une école de l’écoute de l’autre.
C’est vrai que la pratique la plus courante masque cette réalité et que cette manière de vivre les fiançailles est rarement vécue parce que mal comprise. En tout cas, ça vaut la peine de se poser la question : quel couple ai-je envie de vivre ? Un qui dure ou un qui ne dure pas ? Si je choisis la durée, quels moyens vais-je utiliser pour ne pas me tromper dans le choix de mon conjoint ? Tout le monde peut se poser ces questions, croyant ou non croyant !

Comment savoir si c’est lui, si c’est elle ?
La vie amoureuse ne fonctionne pas comme le programme d’une machine. Les certitudes qu’on peut y connaître ne sont pas scientifiques, mais d’abord psycho-affectives. Elles ne sont pas fondées sur des expérimentations renouvelées qui permettraient d’induire avec une logique imparable une conclusion sans erreur.
Dans la vie amoureuse, comme dans la vie humaine en général, on est toujours dans le domaine du probable. Il faut se faire une opinion personnelle sans pouvoir recourir à des règles absolues, sans s’appuyer sur des critères inamovibles. Là est la difficulté.
A un moment il faut choisir, sans connaître l’avenir. Mais il ne faut pas choisir imprudemment. Voilà pourquoi on se demande toujours, dans la relation amoureuse : suis-je sûr de moi ? Suis-je sûr le l’autre Comment savoir si cette personne pour laquelle j’ai du sentiment est celle avec laquelle je dois fonder une famille ? Est-ce lui ? Est-ce elle ? Question sans doute éternelle, mais qui ne manque pas de troubler celui et celle à qui elle se pose, au moment où elle se pose. Le questionnaire téléchargeable (fiche Fiançailles) a pour but d’aider à discerner). L’expérience montre de plus qu’il est indispensable pour les fiancés, d’être accompagnés et guidés durant ce temps de préparation.

(Fiche retravaillée d’après fiançailles.org)

 

Progresser dans l’intimité physique cf. fiche Chasteté
 Nous vivons à une époque où la relation sexuelle a été à ce point banalisée que beaucoup la considèrent comme « normale » dès qu’un couple se forme et se dit son amour. Plus besoin d’engagement ni même de projet à long terme !
 Pas mal de jeunes, pourtant, veulent vivre leur sexualité dans une relation stable et durable, et choisissent d’attendre le mariage avant de se donner physiquement. L’union physique est alors l’expression d’une alliance définitive de deux personnes, cœur, esprit, corps. (cf article sur le sens de la continence pendant les fiançailles)
 La question qui se pose alors est la suivante : si le couple choisit la continence pendant les fiançailles, quelles limites va-t-il se donner dans les gestes physiques ?

1°) la communication physique est belle et bonne, nécessaire à la construction de l’amour du couple. Si les fiançailles sont essentielles à la mise en place du dialogue et de la réflexion quant au projet de vie du couple, elles sont aussi essentielles dans la découverte progressive du langage physique.

2°) Cette « découverte progressive » des corps est difficile à baliser : elle dépend de l’histoire personnelle de chacun, de son rapport au corps :
- Est-ce que j’accepte mon corps ? Si oui, c’est plus simple de le laisser aimer… Si non, je risque d’avoir peur de le laisser approcher par l’autre… J’aurai besoin de temps pour ne pas vivre cette approche sans malaise…
- Est-ce que j’accepte le corps de l’autre ?
- La sexualité, c’est quoi, pour moi ? L’expression de l’amour ? Une pulsion ? Un moyen de me faire plaisir ? Un moyen de te faire plaisir ? Une obligation ? Un truc sale ? Une merveille ? …
La manière dont chacun répond à ses questions est essentielle.
La pudeur existe, même si on semble l’avoir oublié. Et cette pudeur demande à être respectée et apprivoisée, progressivement, pour que le don du corps se fasse dans la joie.
 L’apprivoisement des corps pendant la période des fiançailles se fera donc progressivement, dans le dialogue et le respect de chacun, dans la vérité de l’étape où se trouve le couple :
Vérité du sens : le geste exprime un amour authentique ; Vérité de l’amour : le corps et le cœur exprime un même amour, il y a correspondance entre les gestes, les sentiments et les paroles.

3°) Le corps est langage d’amour. Tout le corps peut participer à ce langage. Certaines zones sont plus sensibles que d’autres. A chaque couple de trouver le moyen de développer ce langage physique sans perdre le contrôle des limites qu’il s’est fixées. De la même façon qu’on pourrait recommander à un affamé de ne pas toucher à un délicieux gâteau au chocolat s’il doit encore un peu attendre avant de manger, on peut recommander aux fiancés de ne pas stimuler les zones du corps qui « éveillent » l’appétit ! De façon assez générale, on peut dire que les organes sexuels sont des zones particulièrement érogènes, et qu’une fois qu’ils sont stimulés, il devient très difficile de canaliser le désir sexuel. La prudence recommande donc de les éviter ! Mais ce serait illusoire de croire qu’il n’y a que ces zones-là qui réagissent et parfois échappent à la volonté. Les deux corps sont faits pour s’aimer et si nous choisissons de vivre la continence jusqu’au mariage, mais que nous décidons, en même temps, de passer le week-end en amoureux, dans une cabane glaciale au fond d’un bois, avec un seul lit et une seule couverture pour se réchauffer, il y a des chances qu’on ne tienne pas, indépendamment de toutes les limites prévues ! Soyons donc réalistes et clairvoyants. La continence est difficile, et c’est normal. L’attrait sexuel est parfois très puissant, et c’est normal. Le meilleur moyen de vivre paisiblement cette période est donc d’oser se parler et dire ce qui se passe en soi. Ce n’est pas facile, mais c’est bien utile pour construire une sexualité réellement épanouie !

4°) Une difficulté typique de notre époque est qu’ aujourd’hui, pas mal de jeunes ont vécu des expériences amoureuses précoces, encouragés entre autre par les séries TV, les campagnes de prévention contre les grossesses indésirées et de lutte contre le SIDA, tout faisant croire que les relations sexuelles sont « obligatoires » dès l’adolescence pour affirmer sa valeur.
Ces premières expériences amoureuses et sexuelles débouchent rarement sur la formation d’un couple stable, mais au contraire se terminent le plus souvent par des séparations parfois très douloureuses.
 Quand un jeune a vécu ce genre d’expérience, et puis, suite à une conversion ou une réflexion personnelle décide de changer de mode de vie, il ne sait plus trop comment se situer par rapport à la sexualité. Le risque est de tomber dans l’autre extrême : ne voir dans l’amour que la rencontre de 2 cœurs et de 2 esprits, en évitant de trop penser au corps qui l’a peut-être fait vivre des relations peu épanouissantes.
 La continence avant le mariage n’a de sens que si elle est au service de l’amour, du dialogue et du respect de l’autre. Le moyen le plus sûr de la vivre de façon épanouissante est d’en parler en couple, en vérité et dans l’amour.
 

 

Cohabitation ?

Pourquoi la cohabitation est-elle plus fragile ?
Même s’il y a des avantages financiers en vivant ensemble, la construction d’un couple est quelquechose de trop précieux pour que l’argent vous empêche d’être pleinement libre de choisir ce qui est le meilleur pour vous.
D’après : "Cohabiter ou se marier", de Myriam Terlinden, aux éditions de l’Emmanuel.  :

C’est un fait, confirmé par les statistiques : les cohabitations sont plus fragiles que les mariages, et ceux qui se marient après avoir cohabité divorcent deux fois plus que ceux qui n’ont pas cohabité.
On peut tenter d’analyser les points de fragilité des couples de cohabitants :

Le bon choix
Certains cohabitants ne se mettent-ils pas en ménage un peu par hasard ? On commence une vie commune non pas parce qu’on a décidé de le faire, mais parce qu’on n’a pas décidé de le faire… Plusieurs études montrent que la plupart de ces couples s’établissent progressivement dans un logement qui devient commun : le processus commence en passant épisodiquement une nuit ensemble, puis l’un amène de plus en plus d’effets personnels chez l’autre pour finalement, ne plus repartir. Le fait d’être amoureux est à l’origine de la relation, qui évolue suivant les sentiments. S’ils durent, tant mieux. S’ils meurent, tant pis. La mise en ménage, alors, n’est pas précédée d’une réflexion sur le pourquoi, le sens, le long terme. Et beaucoup se réveillent, un matin, en se disant : " je me suis trompé(e), ce n’est pas elle (lui) qui me convient… "

Le projet commun
Les cohabitations commencent de plus en plus tôt, à un âge où les jeunes n’ont pas encore vraiment décidé ce qu’ils voulaient faire de leur vie. Et à un moment donné, ils se rendent compte que leurs aspirations sont trop différentes pour être compatibles. Exemple typique : les étudiants, qui, amoureux fous, se mettent en ménage durant le temps de leurs études. A la remise des diplômes, problème : l’un veut se spécialiser à l’étranger, alors que l’autre ne veut pas quitter un job qu’il a eu trop de mal à trouver. Que faire ? L’un veut des enfants tout de suite, l’autre pas. Que faire ? L’un veut se marier, l’autre pas. Que faire ? etc…Le plus souvent, ces divergences sur des questions essentielles de la vie provoquent la rupture, inattendue…

L’engagement
Quand on vit en couple, un jour ou l’autre, on rencontre la " différence " : l’autre est différent de ce que j’avais imaginé, rêvé. Ca peut être une bonne surprise, mais ça peut aussi être une difficulté. A ce moment, il faut décider de passer outre. Mais voilà : la plupart du temps, les cohabitants se réservent (plus ou moins consciemment) une porte de sortie : on reste ensemble tant que le couple est satisfaisant, on se quitte si ça devient trop difficile. Ils risquent de se sentir inhibés chaque fois que, pour une raison ou une autre, ils ont envie de se mettre en colère, parce qu’à chaque dispute, la relation tout entière peut voler en éclat.

Le dialogue
L’amour ne peut s’approfondir que par le dialogue. Dialogue qui nécessitera parfois de sérieuses remises en question des amoureux. Est-il possible s’il remet en question, en même temps, la survie du couple ? Peut-être, pour celui qui a déjà " l’idée " de partir. Impossible pour celui qui redoute la rupture. Celui qui aime le plus, celui qui souhaite la durée, est inhibé. Il " écrase " de peur de décevoir l’autre. Et le fossé d’incompréhension entre les deux partenaires grandit lentement mais sûrement.
C’est spécialement vrai en matière de sexualité : de nombreux films, articles de revues "grand public" laissent croire que le couple vit à partir de la sexualité. Si ça va physiquement, tout va. Et cette entente physique devrait être " automatique " sinon c’est que le couple n’est pas fait pour s’entendre. Or, cette idéologie nie un point essentiel de la psychologie humaine : si la satisfaction sexuelle est presque innée chez l’homme, elle est le résultat d’un apprentissage chez la femme, en plus d’être fortement conditionnée par le climat d’amour réel dans lequel se déroule la relation physique. L’entente physique des couples se construit par un dialogue vrai. Or, comme beaucoup ne le savent pas, ils se taisent sur cette question, de peur de paraître " coincés " ou ringards. Et n’évoluent pas…

La confiance
On croit souvent que "l’expérience forme la jeunesse" et que les expériences amoureuses précoces vont aider les jeunes à mieux choisir leur conjoint. Et pourtant, c’est l’inverse qui se produit. Pourquoi ? Parce que les échecs amoureux successifs tuent la confiance.
Petite histoire " classique " de notre époque :
Julie aime Jules. Trop jeunes pour se marier, ils vivent ensemble. " On verra plus tard ". Le temps passe, et voilà que Jules se rend compte que Julie n’est pas la femme de sa vie : il a rencontré Martine, une femme extraordinaire… Il quitte Julie. N’avaient-ils pas décidé qu’ils " gardaient leur liberté " ?
Pourtant Julie souffre, toujours : même si la relation lui pesait, à elle aussi, ça fait toujours mal d’être " plaquée " : " il m’aimait, il ne m’aime plus. Pourquoi ? Suis-je aimable ? " Questions douloureuses…
Jules, lui, se culpabilise : il lui avait dit qu’il l’aimait, et il était sincère en le disant. Maintenant, il la fait souffrir… Est-il un monstre ?
Il doute aussi : Est-il capable d’aimer vraiment ? L’amour existe-t-il vraiment ou est-ce une illusion ?
La vie continue. Jules a de nombreux amis. Martine regarde les autres femmes d’un œil soupçonneux : elle-même n’a-t-elle pas rencontré Jules alors qu’il était en couple avec Julie ? Qui peut dire qu’il ne va pas se lasser d’elle et tomber amoureux d’une de ces nombreuses " amies " ? De son côté, Jules n’aime pas quand les hommes approchent trop de Martine. Comment savoir qu’elle ne va pas partir avec l’un d’eux, puisque lui-même n’a pas hésité à laisser tomber Julie ?
Julie, elle, se méfie. L’amour, ça fait mal, quand ça finit. Alors, autant vivre sans trop s’investir…
Ce récit, une caricature ? Sans doute… mais tant de jeunes s’y retrouvent, ayant perdu confiance en l’amour parce que trop " blessés " par les échecs passés… Et n’osent plus s’engager car ils n’y croient plus !

Le pardon
Le pardon est d’autant plus difficile que la blessure reçue est grave… Celui qui aime le plus, celui qui veut aimer " pour toujours ", trouvera-t-il la force de pardonner à celui qui refuse l’engagement ? (Car c’est assez rare que les deux cohabitants refusent, tous les deux, le mariage. Souvent, un des deux aimerait s’engager.)
Tous ces points de fragilité se retrouvent, à des degrés divers, chez les cohabitants. Pour en guérir, l’important est d’en prendre conscience ! Il n’est jamais trop tard pour changer.

Petite histoire : 

Word - 29.5 ko

 (fiche reprise de fiançailles.org)



   
  FORMATION - RESSOURCES SPI
    Abandon à Dieu -Confiance
    Amour de Dieu pour toi
    Apparitions: que sont-ce?
    Argent et Dieu
    Art et Foi
    Avent
    Baptême: en vivre.
    Bonheur et Joie
    Carême
    Charité: priorité
    Chasteté, et quoi encore?
    Chasteté vs pornographie
    Coeur de Jésus
    Combat spirituel
    Combat: prière
    Conciles vs hérésies
    Conscience: écoute-la!
    Corps
    Dîme
    Discerne ton appel
    Dogme = arnaque?
    Douceur vs colère
    Eglise: aime-la!
    Esprit - prières
    Esprit Saint: ton Dieu
    Esprit Saint: charismes
    Evangélise-Action
    Evangiles intro
    Foi
     Foi: checklist
    Humilité
    Jeûne: accueille Dieu
    Jokes
    Marie
    Marie: Consacre-toi!
    Marie Immaculée ou pas?
    Marie - Le chapelet
    Marie Médiatrice ?
    Marie Mère de Dieu
    Marie - prières
    Miracles
    Miséricorde
    Paix du cœur
    Paul
    Paul - Chrono
    Péché, ou bonheur?
    Pères de l'Eglise
    Relation humaine
    Repentir joyeux
    Sainteté pour tous
    Sectes
    Silence pour aimer
    Théocentrisme
    Trinité
    Vérité
    Vie
    Vocation consacrée
 
   
© Copyrights Jesus1.fr 2007 - Tous droits réservés